Circonscription du

Port 1

picto-accueil

L’enseignement de la langue et de la culture réunionnaises, discipline à part entière ayant sa valeur intrinsèque, permet par une approche pluridisciplinaire de faire découvrir, accepter et reconnaître par l’Ecole la diversité et la richesse du patrimoine culturel et linguistique réunionnais.

La création littéraire et artistique, individuelle et artistique, doit trouver à l’école la place qui lui revient. Contes, légendes, traditions orales ou littérature écrite, chansons, musique et danses, arts de décorer, de meubler et de bâtir..., autant de points d’appui, autant d’activités simples et naturelles qui, mieux que toutes les autres, contribuent à rendre sensible et intelligible l’identité régionale.

L’identité régionale, c’est aussi un faisceau d’habitudes, de comportements, de rites sociaux : c’est une réponse, chaque fois originale, à des questionnements permanents qui ont trait à la vie familiale, à la nourriture, au travail et à l’habitat, et qui débordent sur les croyances et sur l’imaginaire. » (circulaire n°83-547 du 30 décembre 1983) Cet enseignement, intégré dans les horaires (plages ordinaires de l’emploi du temps) et programmes nationaux, assure également la transmission des valeurs de la civilisation créole réunionnaise et ne saurait donc constituer uniquement un moyen ou un outil de lutte contre l’échec scolaire. Afin qu’il ne procède pas d’une démarche folklorisante ou utilitariste, il est donc fondamental d’en préciser les finalités :

  • Reconnaître et donner à l’identité culturelle réunionnaise, élément du patrimoine commun de l’humanité, la place qui lui revient de droit dans le système éducatif à la Réunion.
  • Donner aux jeunes Réunionnais à travers leurs traditions, leur langue, et la créativité de leur culture le sentiment d’une dignité égale, d’une confiance et d’une fierté retrouvées.
  • Favoriser la promotion des valeurs réunionnaises fondées sur l’humanisme, la tolérance, la responsabilité et la dignité afin qu’elles participent à l’émergence d’une démocratie participative et citoyenne.
  • Contribuer, par l’intégration du fait réunionnais dans le cursus éducatif, à la construction d’un développement humain et économique durable.
  • Permettre à l’élève de progressivement enrichir sa connaissance de la culture réunionnaise et sa maîtrise de la langue tout au long de son cursus scolaire.
  • Promouvoir l’enseignement de la langue et de la culture réunionnaises dans toutes les filières éducatives et ce, de l’école maternelle à la formation des adultes.
  • Permettre un meilleur ancrage de l’Ecole dans son environnement socioculturel afin de permettre le renforcement et l’enrichissement des liens entre les divers partenaires éducatifs et, en particulier, entre les parents, leurs enfants et les enseignants.
  • Favoriser l’esprit d’ouverture au monde en développant notamment les relations et les échanges avec les pays de l’Océan Indien, les espaces créolophones et francophones.?

Objectifs linguistiques, trois domaines de compétences :

  • une compétence de communication ( cadre européen commun de référence pour les langues)
  • une compétence linguistique ( grammaire, lexique, réflexion sur la langue…)
  • une compétence culturelle ( connaissance apportée sur le plan culturel)

Quatre dispositifs co-existent :

  • Enseignement de la LVR :  Améliorer les connaissances de l’élève dans la langue créole et la culture réunionnaise.
  • Les classes maternelles bilingues Créole français :  Permettre à l’élève d’atteindre un haut niveau de compétences bilingues pour favoriser une bonne maîtrise du créole et du français *Développer dès le plus jeune âge des compétences métalinguistiques qui favoriseront l’apprentissage des langues en général
  • Projet sensibilisation A la langue et à la culture créoles : Intégrer des connaissances élémentaires sur les langues et cultures régionales dans les activités et les champs disciplinaires de la classe ; * Sensibiliser l’élève à la langue et à la culture régionales à travers l’apprentissage et l’utilisation d’éléments culturels de tradition ou de création dans les activités de la clas
  • Enseignement du français en milieu créolophone EFMC : Permettre à l’enfant de maîtriser la langue française en prenant en compte le créole ; * Permettre à l’enfant d’analyser les mélanges créole/français pour améliorer la distinction des codes.

Pour enseigner la langue vivante régionale , il faut passer , comme pour les autres langues vivantes, un entretien à l’issu duquel l’enseignant obtient ou non l’habilitation provisoire. Il aura alors un stage de 48 h ( 2* 24 heures) de formation (grammaire, graphie, sociolinguistique, pratique pédagogique) afin de se préparer à l’habilitation définitive. Depuis cette rentrée 2008, une classe peut bénéficier de cours de langue vivante régionale et de langue vivante étrangère à condition que le projet LCR soit inscrit au projet d’école : www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/MENE0813208A.htm